L’objectif de la réforme était d’améliorer la sécurité des activités de plaisance à moteur.
Elle porte sur la formation théorique et pratique des plaisanciers et sur le statut des formateurs (Bateau Ecole) et les procédures administratives pour la délivrance des permis.

Le bateau école et son formateur

Le bateau école, dit l’établissement de formation au permis plaisance maritime (permis bateau mer côtier) doit avoir fait l’objet d’un agrément. Le formateur doit avoir une autorisation d’enseigner (cette autorisation d’enseigner est délivrée par l’administration).

Les droits du permis bateau mer côtier

Le permis bateau mer côtier peut être obtenu dès l’âge de 16 ans. Il est obligatoire si la puissance du moteur est supérieure à 6cv (4,5 kw). Exception : en eaux maritimes, la conduite d’un voilier (même équipé d’un moteur) peut se faire sans permis. La nouvelle reforme permet une navigation jusqu’à 6 milles (11 km) d’un abri. (Attention, ce n’est pas 6 milles de la côte). Avant la réforme, la distance était de 5 milles d’un abri. Les anciens permis A, côtier ou carte mer passent aussi à 6 milles d’un abri. L’ancienne « carte mer » (permis limité à 50 cv) disparaît. Cependant, leurs titulaires en gardent les prérogatives. Ils peuvent obtenir l' »option côtière » en passant l’épreuve théorique du permis bateau correspondant, pour cela, contactez votre bateau école.

L’épreuve théorique

Le nouvel examen théorique comporte 30 questions choisies au hasard parmi 400 QCM (QCM : questionnaire à choix multiple) projetés sur écran. Il faut y répondre avec un boitier électronique : 30 secondes par question et 5 fautes maximum. Le programme a également été enrichi par des chapitres supplémentaires : les notions de base sur la carte marine, le balisage région B. Cette méthode d’examen est sans doute un peu plus difficile que l’ancienne qui se déroulait sur papier, mais ce programme plus complet permet d’avoir des connaissances plus solides qui pourront vous être utiles. L’examen théorique est organisé par l’administration et se déroule dans leurs locaux : 1 centre d’examen pour 1 ou plusieurs départements.

L’épreuve pratique

C’est ici que le changement est le plus important : l’épreuve de conduite disparaît. Elle est remplacée par un contrôle continu effectué par le bateau école tout au long de la formation pratique. Un livret du candidat est rempli et validé par le bateau école à chaque étape. La nouvelle règlementation impose désormais 3h30 dont 2 heures de conduite à la barre. C’est un des gros avantages de cette réforme : le candidat n’est plus soumis au stress de l’examen de conduite qui pouvait en faire échouer certains. Le candidat peut organiser sa formation pratique avec plus de souplesse : il peut commencer à piloter avant le début de la formation théorique et il a 18 mois après l’épreuve théorique pour faire valider sa conduite.